Paul Sabatier

Paul Sabatier est né à Carcassonne le nov. 5, 1854. Diplômé de l’École Normale Supérieure en 1874 et enseignant une année au lycée de Nîmes, il devient assistant de laboratoire à la Colle gede France en 1878. Deux ans plus tard, il obtient son doctorat avec une thèse sur la thermochimie du soufre et des sulfures métalliques. Après avoir été maître de conférence en physique à la faculté des sciences de Bordeaux pendant un an, il prend en charge le cours de physique à la faculté des sciences de Toulouse, école dans laquelle il restera toute sa vie. Il devient professeur de chimie en 1884 et devient l’un des plus brillants représentants de l’école française de chimie.

Après avoir terminé sa thèse, Sabatier s’est penché sur une foule de problèmes inorganiques et physiques liés à la thermochimie des sulfures, chlorures et chromates. Une étude détaillée du taux de transformation de l’acide métaphosphorique, des études sur les spectres d’absorption et la mesure des coefficients de partage d’une base entre deux acides ont été incluses dans les 2 premières décennies de son travail.

Les efforts de Sabatier dans le domaine de la chimie organique ont commencé vers 1897 et ont conduit à l’énonciation d’une théorie de l’hydrogénation catalytique sur des métaux finement divisés tels que le nickel, le cuivre, le cobalt, le fer et le platine. Avec l’aide de ses collègues, il a non seulement réalisé un grand nombre d’études expérimentales sur l’hydrogénation catalytique, mais a également proposé une théorie de la catalyse toujours utile et solide. Il a suggéré que les réactifs se combinent les uns avec les autres sur les catalyseurs à la suite de la formation de complexes ou de composés instables avec la surface du catalyseur. Pour cette hypothèse et pour ses nombreuses études catalytiques expérimentales, la science et l’industrie lui seront éternellement reconnaissantes.

Le chimiste a reçu de nombreux honneurs. Il a été élu membre de l’Académie française des Sciences, commandeur de la Légion d’Honneur et membre honoraire de la Société Royale de Londres, de l’Académie de Madrid et de l’Académie Royale Néerlandaise des Sciences. Il a également reçu de nombreux prix et médailles, et “pour sa méthode d’hydrogénation des composés organiques en présence de nickel finement divisé”, il a reçu le prix Nobel de chimie en 1912.

Sabatier est décrit comme étant réservé et détaché. Il aimait l’art et le jardinage. De son mariage avec Mademoiselle Herail, il y a eu quatre filles, dont l’une a épousé le chimiste italien Emile Pomilio. Sabatier est décédé le août. 14, 1941.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.