Le général George S. Patton gifle un autre soldat

 Un char Sherman de l'escadron 'A', 50th Royal Tank Regiment, silhouetté par le soleil couchant, le 1er août 1943.
Un char Sherman de l’escadron ‘A’, 50th Royal Tank Regiment, silhouetté par le soleil couchant, 1er août 1943.
 La Route pour Messine 10 Juillet - 17 Août 1943: Artilleurs du 66 Régiment Moyen d'Artillerie Royale en action sur les pentes de l'Etna à l'aube, 11 Août 1943.
La Route pour Messine 10 Juillet – 17 Août 1943: Artilleurs du 66 Régiment Moyen d’Artillerie Royale en action sur les pentes de l’Etna à l’aube, le 11 août 1943.

La campagne de Sicile devait démontrer très clairement ce qui pouvait être réalisé par un général avec détermination. George S. Patton avait fait avancer ses forces à grande vitesse pour prendre Palerme au nord. Maintenant, il était en compétition avec Montgomery dans une course pour pousser les Allemands à la pointe orientale de l’île à Messine. Pourtant, malgré toutes ses réalisations, Patton devait souffrir de deux incidents relativement mineurs.

Le 3 août, Patton avait été impliqué dans un incident dans un hôpital de campagne. Le diagnostic initial du soldat Charles A. Kuhl était qu’il souffrait d'”anxiété psychonévrose” et lorsque Kuhl a été confronté à Patton alors qu’il faisait la tournée des salles, il a dit “Je suppose que je ne peux pas le supporter”. Patton devint furieux et le gifla autour de la tête avec ses gants pliés, le traitant de “lâche” et le jeta physiquement hors de la tente. Il a exigé que les médecins renvoient le soldat, qu’il a qualifié de “bâtard sans boyaux”, au front. Un examen médical ultérieur a révélé que Kuhl souffrait de “paludisme, de diarrhée chronique et d’une fièvre de 102,2 degrés”.

Il y a eu ensuite un deuxième incident le 10 août, très similaire au premier. Cela impliquait le soldat Paul G. Bennett qui était “déshydraté et fiévreux” mais qui avait été évacué de son poste d’artillerie contre son gré parce qu’il était “confus, faible et apathique”. C’était la version des événements de Patton:

Pendant l’attaque de Troina, je me suis rendu au quartier général du général Bradley, qui menait l’attaque, accompagné du général Lucas. Juste avant d’arriver, j’ai vu un hôpital de campagne dans une vallée et je me suis arrêté pour l’inspecter. Il y avait environ trois cent cinquante blessés graves dans l’hôpital, tous très héroïques sous leurs souffrances, et tous intéressés par le succès de l’opération.

Au moment où je sortais de l’hôpital, j’ai vu un soldat assis sur une boîte près du poste de dressage. Je me suis arrêté et je lui ai dit : ‘Qu’est-ce qui t’arrive, mon garçon ?” Il a dit: “Rien; je ne peux tout simplement pas le supporter.” J’ai demandé ce qu’il voulait dire. Il a dit : “Je ne peux pas accepter qu’on me tire dessus.” J’ai dit : “Tu veux dire que tu fais de la méchanceté ici?”Il a fondu en larmes et j’ai tout de suite vu qu’il s’agissait d’un cas hystérique.

Je l’ai donc giflé au visage avec mon gant et je lui ai dit de se lever, de rejoindre son unité et de faire de lui un homme, ce qu’il a fait. En fait, à l’époque, il était absent sans congé.

Je suis convaincu que mon action dans cette affaire était tout à fait correcte, et que, si d’autres officiers avaient eu le courage de faire de même, l’utilisation honteuse de la “fatigue de combat” comme excuse de lâcheté aurait été infiniment réduite.

 Lieutenant Général George Patton avec le corps des transmissions, le 11 juillet 1943, Sicile. (Musée Général George Patton)
Lieutenant Général George Patton avec le corps des transmissions, 11 juillet 1943, Sicile. (Musée Général George Patton)

Cependant, les incidents ont été vus par un certain nombre de témoins, dont certains journalistes. Bien que des efforts aient été faits pour garder les incidents silencieux, il est finalement devenu évident qu’il était nécessaire de faire quelque chose.

Le 17 août, alors que la campagne se terminait avec tant de succès, Eisenhower dut prendre des mesures formelles. Patton était intraitable:

Après le déjeuner, le général Blesse, chirurgien en chef de l’A.F.H.Q., m’a apporté une lettre très méchante d’Ike faisant référence aux deux soldats que j’ai réprimandés pour ce que je considérais comme de la lâcheté. De toute évidence, j’ai agi précipitamment et sur une connaissance insuffisante.

Mon motif était correct car on ne peut pas permettre que le skulking existe. C’est comme toute maladie transmissible. J’admets librement que ma méthode était fausse et je ferai ce que je peux. Je regrette l’incident car je déteste rendre Ike fou alors que c’est mon désir sincère de lui faire plaisir.

Le général Lucas est arrivé à 18h00 pour expliquer davantage l’attitude d’Ike. Je me sens très faible.

Je suis allé à l’église dans la Chapelle Royale à 10h00. À 11h00, j’avais tous les médecins, les infirmières et les hommes enrôlés qui étaient témoins des affaires avec les skulkers. Je leur ai parlé de mon ami de la dernière guerre qui s’est dérobé, a été laissé s’en sortir et s’est finalement suicidé. Je leur ai dit que j’avais pris les mesures nécessaires pour corriger une telle tragédie future.

Patton s’est ensuite excusé auprès de Kuhl et Bennett et a ensuite présenté des excuses publiques aux soldats sous son commandement. Cependant, le mal était fait et il devait être mis à l’écart alors que la campagne d’Italie commençait. Finalement, même si tout le corps de presse réuni en Sicile était au courant des incidents à l’époque, l’histoire a éclaté aux États-Unis en novembre. Les incidents continuent de susciter une certaine controverse.

Pour un examen approfondi de l’épisode, voir Rick Atkinson: Le jour de la bataille: La guerre en Sicile et en Italie 1943-44 .

 Le soldat Stanley Davis du 5th Seaforth Highlanders monte une mule de bât avec un emblème de croix gammée marqué sur le cou de l'animal, le 16 août 1943. Les animaux étaient maintenant employés par la 51e Division des Hautes Terres dans le terrain vallonné près du Mont Etna.
Le soldat Stanley Davis du 5th Seaforth Highlanders monte une mule de bât avec un emblème de croix gammée marqué sur le cou de l’animal, le 16 août 1943. Les animaux étaient maintenant employés par la 51e Division des Hautes Terres dans le terrain vallonné près du Mont Etna.

 Les hommes de la Division Highland utilisent des mules capturées aux Allemands pour transporter du matériel sur les pentes de l'Etna. Le terrain accidenté de la plupart des îles limitait les véhicules au réseau routier inadéquat. Les animaux de bât jouaient donc un rôle vital de transport.
Les hommes de la Division Highland utilisent des mules capturées aux Allemands pour transporter du matériel sur les pentes de l’Etna. Le terrain accidenté de la plupart des îles limitait les véhicules au réseau routier inadéquat. Les animaux de bât jouaient donc un rôle vital de transport.
 Une énorme décharge de mines de caissiers allemandes capturées par les Américains près de Roccopalunba lors de leur route sur Palerme.
Une énorme décharge de mines de caissiers allemandes capturées par les Américains près de Roccopalunba lors de leur route sur Palerme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.